Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue! Welcome!

Homewood-St-Maur-des-Foss-s-Mars-1988.jpg
Réception des classes américaines à l'Elysée par le Président Miterrand, 1988

Recherche

Liens

4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 09:53

 

Conférence «  Tourisme de masse »

Par André Girod

Jeudi12 juillet à 18 h 30

au Foyer Rural, Lauris

 

 

Dans un livre publié récemment «  Tourisme de destruction massive » André Girod suit l’évolution du Tourisme de masse depuis les années 1950. Comme accompagnateur et organisateur  au Touring Club de France depuis 1953, il a vu les changements notoires du tourisme élitiste au tourisme de masse.

Par des documents personnels il expliquera cette montée en puissance de ce phénomène.

Son livre est recommandé par l’Unesco, section tourisme à tous ceux qui s’intéressent et s’inquiètent des effets du tourisme de masse sur l’environnement géographique, économique, social et humain sur la planète. Y a t il des solutions ? Comment gérer ces déplacements de touristes ? Que se passe-t-il pour les sites connus, patrimoines de l’humanité ?

Sans complaisance et avec résolution, André Girod vous plongera dans le cœur de l’évolution du tourisme de masse.

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Lettre d'information
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 18:23

img-786.jpg

Library of the European Parliament

WORKING FOR A WELL-INFORMED EUROPEAN PARLIAMENT

WHAT WE DO

           HOW WE DO IT

           WORK IN PROGRESS

           WHO WE ARE

           you're reading...

BOOK REVIEWS, HOW WE DO IT, RESEARCH AND INFORMATION SOCIETY, WHAT WE DO

Encore un livre qui dérange: “Le tourisme de déstruction massive”

POSTED BY GEERT PLAS DECEMBER 26, 2012 LEAVE A COMMENT

FILED UNDER  BOOK REVIEW, FRANÇAIS, TOURISM

La fin du tourisme (de masse)?

Sommes-nous conscients de l’effet du tourisme sur les populations locales? Qui bénéficie des revenus du tourisme? Osons-nous calculer notre empreinte carbone? Quelles sont nos motivations primaires lorsque nous réservons un voyage? Qui aura le droit de visiter les îles Galapagos ou descendre au fond du Grand Canyon? Combien de visiteurs peut accueillir l’Île de Pâques? Ou combien de visiteurs supportera le Parthénon dans dix ans? L’Antarctique est-elle une destination touristique pour tous ou faut-il que nous la réservions pour les seuls scientifiques? Faut-il en finir avec les voyages “all-in”? Des questions pas seulement théoriques, mais d’une réalité urgente, comme le témoigne André Girod dans son ouvrage récent sur le tourisme de masse.

De quoi s’agit-il?

Le tourisme de masse et le développement des transports aériens permettent aux voyageurs occidentaux de se retrouver en quelques heures à des milliers de kilomètres de chez eux. Sur une plage ensoleillée d’Afrique ou d’Asie, devant des paysages à couper le souffle, ou dans un village d’Amérique latine dont la population possède des mœurs « tellement typiques ». Au fait, s’agit-il vraiment de tourisme… ou plutôt d’une forme de consommation qui, de surcroît, serait nuisible aux communautés autochtones ?

Un expert à la parole…

André Girod a suivi de près l’éclosion et l’évolution du tourisme de masse. Il constate son impact sur les sites renommés, les cultures et la société en général. Il observe les touristes, les férus de découvertes culturelles comme les bronzés en mal d’exotisme. Il dénonce les plans de réduction des gaz à effets de serre préconisés par les ténors de l’écologie au détriment des touristes moins fortunés. Il replace les responsabilités de chacun et identifie les marges de manœuvre.

Les dégâts et dérives du tourisme de masse

L’auteur dénonce les excès et les méfaits du tourisme de masse. Les dérives abordées dans  sa publication sont principalement l’épuisement des ressources primaires dans certaines régions : eau surtout, nourriture qui oblige les autorités à importer pour alimenter les touriste, disparition du littoral au profit de la construction immobilière, disparition de la végétation pour faire place aux constructions, pollution de l’air par l’apport massif de véhicules , autocars.

Tout y passe

Le livre comprend non moins de 24 chapitres: on apprend tout sur la naissance du tourisme (en général et de masse), on découvre ce qu’est un “touriste imbécile”, le rôle du trafic aérien pour le tourisme nous est dévoilé, l’importance du tourisme pour l’économie est expliquée. Nous pouvons prendre position dans le combat entre “Alarmists » et « Skeptics”  et apprendre à devenir responsables dans les chapitres dédiés à l’empreinte carbone (voir notamment le chapitre “Touche pas à mon CO”

Un livre pour qui, sinon pour nous tous!

Le livre s’adresse à divers publics: au grand public et aux professionnels du tourisme, ainsi qu’aux décideurs politiques. D’abord pour indiquer que  le tourisme qui était passé de masse risque de redevenir un tourisme de luxe et d’élite tellement les règlements mis en place dans certains pays pour certains lieux sont de plus en draconiens : quotas, prix en hausse pour enrayer le flot des visiteurs, construction à présent d’hôtels haut de gamme qui seront réservés à une classe aisée.

Un livre pour les professionnels aussi qui croient que (selon l’auteur) “le tourisme est une poule aux œufs d’or ou une vache que l’on peut traire à gogo”. Il critique vertement les émissions de télévision qui vantent la beauté de certains lieux et qui déclenchent chez les tours opérateurs une organisation d’expéditions “sur les pas de …” et transforment ces lieux mystérieux et très peu connus en luna-parks.

Solutions

Comment tuer le tourisme de masse ? « Oussama Ben Laden, Eyjafjallajökull : Héros des écolos ?” Laisser faire la nature ou trouver des solutions plus responsables? L’auteur nous défie quand il écrit: “Il devrait être, aux yeux des écologistes, un héros, celui qui a fait mettre à genoux les transports aériens et donner un coup de matraque sur le tourisme de masse. Cet homme, ce géant de la communication qui a fait plus que toutes les notoriétés écologistes ensemble, c’est Oussama Ben Laden. Par son raid contre les Twin Towers il a peut-être aidé à sauver la planète.” Macabre penséee…

Quoi qu’il en soit, l’auteur reste sceptique face aux discours alarmistes de personnalités politiques et stars du show-biz (chapitre: “Non à Al Gore”). Le livre s’achève avec une note optimiste: “la terre est si noble, si belle, qu’elle ne peut être le privilège d’une poignée d’êtres humains. Alors ne vous en privez pas!” Moi, je ne suis pas si sûr…Dites-moi ce que vous en pensez.

Le livre d’André Girod est disponible dans la bibliothèque du Parlement européen.

Pour approfondir:

Lire l’interview avec l’auteur dans Journal du tourisme durable

 

 About Geert Plas

Polyvalent information specialist at the European Parliament Library

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Lettre d'information
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 16:59

 

'Le Tourisme de Destruction Massive

nov 19 2011   |   Monde

 

André Girod, que les lecteurs d'USA-Decouverte connaissent bien, a suivi de près l'éclosion et l'évolution du tourisme de masse. Il constate son impact sur les sites renommés, les cultures et la société en général. Il observe les touristes, les férus de découvertes culturelles comme les bronzés en mal d'exotisme. Il dénonce les plans de réduction des gaz à effets de serre préconisés par les ténors de l'écologie au détriment des touristes moins fortunés. Il replace les responsabilités de chacun et identifie notre marge de manoeuvre.

 

ISBN : 978-2-296-55565-5 • novembre 2011 • 274 pages

Prix éditeur :24,70 €

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=35427

 

SOMMAIRE

 

Préface p.11

 

Avant-propos p.17

 

Chapitre 1 : Naissance du tourisme p.23

Chapitre 2 : « Le touriste imbécile » p.37

Chapitre 3 : Les Îles Baléares p.45

Chapitre 4 : Et les Canaries ? p.53

Chapitre 5 : Et les Fidji ? p.61

Chapitre 6 : Caltecor 5127 et Rapa Nui p.62

Chapitre 7 : John Muir et les parcs américains p.73

Chapitre 8 : Restaurateur de l’Ouest : Fred Harvey p.83

Chapitre 9 : Croisière en Amérique du Sud p.91

Chapitre 10 : Naissance du tourisme de masse p.101

Chapitre 11 : Autres tourismes p.111

Chapitre 12 : Trafic aérien p.129

Chapitre 13 : Tourisme et économie p.135

Chapitre 14 : Montagnes violées p.145

Chapitre 15 : Défigurations p.157

Chapitre 16 : « Alarmists » contre « Skeptics » p.163

Chapitre 17 : Les grandes peurs p.183

Chapitre 18 : La taxe carbone p.189

Chapitre 19 : Solutions proposées p.197

Chapitre 20 : Carbon Footprint p.211

Chapitre 21 : Solution… à la Corse p.217

Chapitre 22 : Retour à l’Ancien Régime p.225

Chapitre 23 : Non à Al Gore p.231

Chapitre 24 : Touche pas à mon CO² p.243

Chapitre 25 : Tuer le tourisme de masse ? p.253

 

Conclusion p.261

 

Bibliographie p.271


 

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Lettre d'information
commenter cet article
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 09:29

 

Vos vacances à Tonnerre dans l’Yonne, en Bourgogne. loisirs, visites, séjours, la Fosse Dionne, Hôtel Dieu, Marguerite de Bourgogne, produits du terroir, le vin, le vignoble près de Chablis, gougères, et pour vos séjours et week-ends, le tourisme fluvial sur le canal de Bourgogne, tourisme vert et rural, son camping

 

 

 

 

 

 

Classe 

Franco-américaine 

Souvenir d’enfants de 

10 ans aux Etats-unis pen- 

dant leur classe franco-amé- 

ricaine de CM2. André Gi- 

rod, le fondateur de cette 

classe, publie son historique 

et raconte son épopée qui 

fit partir 40 000 enfants de 

CM2 aux Etats-Unis dans 

le cadre des classes trans- 

plantées. Pendant 6 mois, 

il a contacté les anciens 

participants et reçu près de 

mille témoignages dont il en 

a choisi cinq cents pour les 

inclure dans son livre. 

En savoir  plus en consultant : 

http://classes-franco-americaines- 

french-american-classes.over-blog.com 

 

 

 

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Lettre d'information
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 12:12

Issy-les-Moulineaux

 

img 681

 

img-680.jpg

 

Suite/next

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Lettre d'information
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 10:33

Vanves

img 670

img 669

 

Dijon

img-671.jpg

img-668.jpg

suite/next

suite: Issy

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Newsletter
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 18:45

      Rien ne va plus !!

Budget-Cutting Colleges Bid Some Languages Adieu

(Page 2 of 2)

 

 

“We always do these things in fits and starts,” said Dr. Feal, who is a Spanish professor at the University at Buffalo. “We pick targets of opportunity as the geopolitical circumstances change, and we don’t create a steady infrastructure so that language learning at a deep level is possible.”

She said the program cuts also revealed an “Anglocentric perspective” that fluency in English was enough to understand the world.

“How can you be a comprehensive university center,” Dr. Feal said, “and not offer students even the chance to take advanced courses in French, German, Russian and Italian, to read Goethe in the original?”

It is a tough choice, but a necessary one as publicly funded universities can no longer rely on piecemeal, one-time cuts to balance budgets, said Terry W. Hartle, a senior vice president of the American Council on Education. Across the country, he said, foreign language programs “are being looked at carefully with an eye toward measuring student demand versus expenses.”

At SUNY Albany, which has lost tens of millions of dollars in state aid in the past few years and faces another $13 million loss this year, the situation has “reached a breaking point,” said its provost, Susan D. Phillips.

The French department has seven full-time faculty members and 40 majors, while 15 doctoral students do “a great deal of the undergraduate instruction,” Dr. Phillips said. In Russian, there are three full-time faculty members for 19 majors. By contrast, the communications department employs six full-time faculty members for 520 majors.

The university, which has also stopped accepting new majors in theater, has suspended degree programs in French, Italian and Russian. Making the change permanent would require State Department of Education approval.

Dr. Phillips said she hoped some instruction would continue in those languages. Currently, classes are offered in 13 languages, including Arabic, Dutch, Hebrew and Korean; students can earn undergraduate degrees in Spanish, Chinese and Japanese, and in East Asian Studies.

Meanwhile, those who have declared French, Russian or Italian as a major or minor say they worry that their diplomas could lose value if the degree programs vanish.

Jessica Stapf, a freshman, arrived on campus planning to pursue a double major in French and political science, followed by a master’s in French, the only language in which the university offered advanced degrees. She hopes to land a job someday with the United Nations in Africa, where French is widely spoken.

Though the university made an exception and allowed her to declare a French major anyway, she was advised that she would need to cram 11 upper-level courses into the next three semesters. The master’s, she said, appears to be out of the question.

“It’s extraordinarily inconvenient for me,” Ms. Stapf said. “If the university wants to provide that ‘world within reach’ they’ve been sloganeering about, then they have to provide the languages that bring the world within reach.”

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Lettre d'information
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 18:39
Voici un article du New York Times qui montre qu'enseigner le français aux Etats-Unis  n'est plus une priorité
On est loin de la classe franco-américaine!

Budget-Cutting Colleges Bid Some Languages Adieu

Nathaniel Brooks for The New York Times

AU REVOIR A French class at SUNY Albany, which has suspended French as a major.

Albany

THE bad news was not unexpected: sweeping cutbacks at the State University of New York at Albany, prompted by sweeping cutbacks in state aid. The reactions, too, had a whiff of the familiar: student rallies, faculty resolutions, an online petition.

But then came an op-ed article in the French newspaper Le Monde, calling the cuts Orwellian. And an open letter from the French philosopher Jean-Luc Nancy, sarcastically suggesting that universities give up teaching the humanities altogether.

If the cuts have struck a nerve far from this upstate campus and in more than one language, it is in large part because they involve language itself, and some cherished staples of the curriculum. The university announced this fall that it would stop letting new students major in French, Italian, Russian and the classics.

The move mirrors similar prunings around the country at other public colleges and universities that are reeling from steep drops in state aid. After a generation of expansion, academic officials are being forced to lop entire majors. More often than not, foreign languages — European ones in particular — are on the chopping block.

The reasons for their plight are many. Some languages may seem less vital in a world increasingly dominated by English. Web sites and new technologies offer instant translations. The small, interactive classes typical of foreign language instruction are costly for universities.

But the paradox, some experts in higher education say, is that many schools are eliminating language degrees and graduate programs just as they begin to embrace an international mission: opening campuses abroad, recruiting students from overseas and talking about graduating citizens of the world. The University at Albany’s motto is “The World Within Reach.”

“There’s no way on earth we should be cutting these languages,” said John M. Hamilton, executive vice chancellor and provost at Louisiana State University, where officials this year decided to phase out majors in German and Latin, as well as basic instruction in Portuguese, Russian, Swahili and Japanese, after losing $42 million in public financing over the last two years.

“We should be adding languages and urging more students to take them,” Dr. Hamilton added. “I’m being asked to prepare students for the global economy, but this is almost like asking them to use the abacus instead of computers.”

Most public colleges still teach languages, but fewer are allowing students to make them a specialty. The University of Maine’s president, Robert A. Kennedy, has recommended suspending undergraduate degree programs in German and Latin. This fall at theUniversity of Nevada, Reno, students can no longer declare majors in German Studies or minors in Italian. At Winona State University in Minnesota, officials have placed a moratorium on new majors in French and German while it challenges the faculty to make those disciplines more relevant to the contemporary world.

Other schools, public and private, have recently eliminated or diluted the foreign-language component of their core curriculums. Starting next fall at the Columbian College of Arts and Sciences at the George Washington University, students will no longer have to take a foreign language to graduate, although they may use language courses to help fulfill a broader humanities requirement.

Bob Peckham, a professor of French at the University of Tennessee at Martin whose own program came under threat, has made it his mission to fight the retrenchments nationwide. As chairman of the Commission on Advocacy of the American Association of Teachers of French, he monitors cutback proposals and provides research that helps campuses tailor their protests.

“There are at least 54 foreign-language majors that have been either threatened or eliminated,” Dr. Peckham said. “People don’t realize that this is happening in a lot of places.”

Still, languages are holding their own on campus. A report due Wednesday from theModern Language Association, which advocates for language programs nationwide, will show that overall enrollments in college language classes are actually up over 2006, when the last survey was conducted, and are at their highest level since 1960.

One reason is a surge of interest in languages like Arabic and Spanish, which is thriving on campus in response to the nation’s growing Latino population. China’s rising importance has prompted more college programs in Mandarin, and the Chinese government has been generous in financing them.

Richard N. Haass, the president of the Council on Foreign Relations, caused a stir with a speech last month to the American Council on the Teaching of Foreign Languages in which he questioned the prominence of European language instruction, given the shift of power centers and political hot spots from Europe to Asia and the Middle East.

“My argument wasn’t so much against this or that language,” Dr. Haass, a former State Department official, said in an interview. “But if we’re going to remain economically competitive and provide the skill and manpower for government, I think we need more Americans to learn Chinese or Hindi or Farsi or Portuguese or Korean or Arabic. In an ideal world, that wouldn’t mean fewer people would know Spanish, French, German and Italian. But in a real world, it might.”

Rosemary G. Feal, executive director of the Modern Language Association, rejected the notion of languages as “a zero-sum game,” and said the field had become too responsive to fads.

 

Suite/next

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Lettre d'information
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 17:14

Saint-Maur des Fossés

 

img 656

 

img-657.jpg

 

Cergy-Pontoise

 

img-659.jpg

 

img-658.jpg

 

Suite/next

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Newsletter
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 17:05

Merci à toutes les communes qui, dans leur dernier bulletin municipal, ont généreusement accordé une place pour annoncer la sortie du livre la " classe franco-américaine.

 

En voici quelques unes :

 

Levallois-Perret

 


 

img 654

 

img-655.jpg

 

Autres bulletins municipaux cliquez ici

 


 


Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Newsletter
commenter cet article