Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue! Welcome!

Homewood-St-Maur-des-Foss-s-Mars-1988.jpg
Réception des classes américaines à l'Elysée par le Président Miterrand, 1988

Recherche

Liens

30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 15:07


 

Pendant 25 ans, André Girod, l'auteur de " la classe franco-américaine" s'est occupé de classes primaires de CM2 qu'il faisait partir aux Etats-Unis dans le cadre des classes de découverte. Dans son livre sur cette vaste épopée pour des gamins de 10 ans qui partaient en Amérique, il a eu affaire aux Ecoles Actives Bilingues de Paris et autres écoles privées qui accueillaient beaucoup de fils de.. et filles de...

Il fait de surprenantes révélations et montre que ce n'est pas une sinécure et un grand bonheur d'être enfant de ... quand on a dix ans.

Pour donner des exemples, le fils de Michel Sardou, le fils de Carole Bouquet, le petit-fils de Giscard d'Estaing, le fils de Jean Michel Larqué, le fils de Paul Amar, le petit fils de Mitterand, la fille d'Hervé de Charette et bien d'autres parlementaires, ministres ou vedettes du show biz, des médias et du sport ont participé aux classes franco-américaines avec leur classe et sont partis aux Etats-Unis, accueillis par une école primaire américaine et hébergés par des parents.

André Girod les traitait comme les Fatouma, Karim ou Souad qui venaient des quartiers défavorisés et le placement de ces enfants de... se faisait dans les mêmes conditions que pour les enfants issus de familles émigrées. En effet parfois dans le même vol vers New York ou Sans Francisco ( classe touriste évidemment!), il y avait une classe d'un quartier défavorisé d'Epinal ou de Melun et une classe de l'école active bilingue, tous partant joyeusement vers l'Amérique. Ce fut le programme le plus égalitaire des années 80/90 dans les écoles primaires en France.

Mais lorsque les enfants de ... arrivaient aux Etats-unis dans les familles, ils n'étaient que des gosses comme les autres. Le fils Sardou essaya de dire qui était son père et les Américains le regardèrent étonnés: ils n'avaient jamais entendu d'un chanteur qui s'appelait Michel Sardou, totalement inconnu dans la ville où séjournait le gamin. Il est vite redescendu sur terre et a passé un séjour de trois semaines dans le plus strict incognito. Le fils de Giscard d'Estaing qui porte un autre nom est passé lui aussi totalement inconnu dans l'école. Incident amusant pour le fils de Carole Bouquet. Il portait un autre nom que celui de sa mère et sur son dossier la directrice avait mis un petit mot: " A placer dans une famille stable"

En effet la directrice voulait donner pendant trois semaines au gamin de Carole Bouquet l'expérience d'une famille avec un père, une mère qui restaient à la maison et des repas tranquilles le soir en famille. Pendant trois semaines, il connut une expérience que la célébrité de sa mère ne lui avait jamais donnée. Il fut ravi de son séjour car enfin il avait connu d'heureux moments à être comme un gosse de 10 ans en famille.

 

Tous ces exemples , retrouvés dans le livre " la classe franco-américaine" montrent que pour arriver ensuite à être " pistonnés dans la vie" ces gosses ont souvent connu une enfance bien triste et malheureuse, transbahutés entre nounous, parents séparés, disparition des parents en tournée, ou dissimulés de peur d'enlèvement. Ils avaient certes tout d'un point de vue matérielle, vacances en Floride, voiture de luxe, appartement qui n'avait rien à voir avec les 20 mètres carrés des déshérités, mais il leur manquait cette chaude affection que seuls peuvent prodiguer des parents qui s'occupent de leur progéniture. André Girod le ressentait en visitant les classes en Amérique et discrètement demandait à ces enfants comme se déroulait leur séjour. Sûrement pas une vie détendue de gamins qui peuvent jouer dehors sans soucis. En réalité dans une conclusion, André Girod les plaint car ils ne savent ce que devrait la normalité d'un enfant de 10 ans qui va à l'école sans être étroitement surveillés.

Pendant les trois semaines de la classe franco-américaine, il se sont éclatés, ont joué dans la cour avec les autres qui ignoraient tout de leur origine et ils ont pu voir ce qu'il manquait dans leur vie de gosse d'être les fils et filles de ....

Partager ces commentaires car ils sont exposés au grand public pour la première fois!!

 

Lire un extrait du livre " la classe franco-américaine": page 300

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Archives: Documents français
commenter cet article

commentaires