Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue! Welcome!

Homewood-St-Maur-des-Foss-s-Mars-1988.jpg
Réception des classes américaines à l'Elysée par le Président Miterrand, 1988

Recherche

Liens

22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 11:59

“ Dans mon école, au moment du passage de l’élève de CM1 au CM2, les parents avaient le choix d’envoyer ou non leur enfant dans la classe franco-américaine puisqu’il y avait deux CM2. Mes parents étaient passionnés par les Etats-Unis, ils y avaient fait plusieurs voyages. Ils étaient donc contents que je puisse profiter de l’opportunité de cet échange pour découvrir à mon tour ce pays. Depuis la classe de CM1 où j’étais, tous les enfants sauf un, ont été inscrits dans le CM2 franco-américain. D’après ce que je me souviens, la fille qui n’est pas partie n’avait jamais quitté ses parents et le voyage faisait peur à ses parents.

En reparlant récemment avec ma mère, j’ai appris que la plupart des parents n’étaient plus aussi chauds pour ce voyage après qu’un avion qui faisait la liaison NY/Londres ait explosé en vol en décembre 1988… Cependant nous sommes quand même partis.”

 

Cette crainte était aussi la nôtre: accident d’avion avec une ou deux classes de gamins à son bord! Mais ce fut l’angoisse et reste l’angoisse de tout parent qui envoie son enfant en car, en train ou en avion! Heureusement que nous n’avons pas connu ce genre de catastrophe, sauf une fois avec un terrible accident de car qui allait d’Epinal à Paris: un mort ( Le chauffeur) et quatorze blessés dont trois Américains qui furent rapatriés sanitairement aux Etats-Unis.

 

Olivia ( Ecole Jules Ferry, Verneuil-en-Halatte, 60 / Kerrby school, Grosse Pointe Farms, Michigan 1994):

“J’étais scolarisée à l’école Jules Ferry depuis la classe de CE2. C’est donc tout naturellemement que j’ai atterri dans la classe de M. Gilles Q. et que j’ai participé à l’échange avec les Etats-Unis. La question ne s’est pas posée, mes parents, ayant sauté sur l’occasion pour m’inscrire sans l’ombre d’une hésitation. Mon beau-père étant professeur d’anglais, il jugeait cette expérience incontournable. Quant à moi, ayant des parents divorcés et coutumière à la séparation, cette absence prolongée de ma famille ne me posait pas de problème!”

 

Sara ( Ecole la Chataigneraie, Chambourcy 78 / Washington school, Park Ridge Illinois 1988):

“ Nous venions d’arriver à Chambourcy et mes parents devaient m’inscrire à l’école primaire du village. Quand ils ont découvert qu’une toute nouvelle classe franco-américaine devait ouvrir cette année-là en CM2 avec le bénéfice de commencer des cours d’anglais, pas d’hésitation, je fus inscrite. Mes parents sont très ouverts sur l’International d’une part grâce à leur mariage ( mon père est allemand et ma mère française) et d’autre part mon père était toujours très proche des USA, travaillant pour une multinationale américaine et par son enfance, après la deuxième guerre mondiale et le sacrifice de ces jeunes américains pour notre liberté dont il parlait souvent.”

 

Le redoublement est en principe mauvais pour le moral et la continuité dans les études. Mais certains participants remercient presque l’école de les avoir fait redoubler, car sans cette honteuse décision, ils auraient loupé cette aventure!

 

Cindy ( Ecole Jules Ferry, Verneuil en Halatte 60 / Kerby school, Grosse Pointe Farms, Michigan 1994):

“J’étais dans cette classe parce que j’ai redoublé mon CP.Quand le maître nous a annoncé qu’on partait en classe découverte en Amérique, j’étais sur la liste mais j’attendais d’être en CM2 pour partir en classe de neige. Et quand j’en ai parlé à mes parents, le soir en rentrant chez moi, je ne voulais pas y aller car j’avais un peu peur, c’était long trois semaines. Alors ce sont mes parents qui m’ont forcée à partir, en me disant que je ne referais jamais un voyage comme celui-là et que le ski, j’aurais les moyens d’y retourner. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Publication: Classes Back to Back - extraits
commenter cet article

commentaires