Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue! Welcome!

Homewood-St-Maur-des-Foss-s-Mars-1988.jpg
Réception des classes américaines à l'Elysée par le Président Miterrand, 1988

Recherche

Liens

22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 11:57

 

Hélène ( Ecole du Coudray, Nantes 44 / Miller school, Plymouth, Michigan 1989) donne la réponse de ses parents:

“Je crois que tu étais hyper jeune pour envisager un voyage comme ça, il durait trois semaines, mais d’une part, le voyage était déjà organisé lors de ton inscription dans cette école, d’autre part, ça me paraissait difficile de faire de toi un cas isolé, sachant que tu étais “ une petite nouvelle”. En plus, tu étais très motivée pour y aller.”

 

Mohamed ( Ecole Jules Ferry, Suresnes 92 / Duvall school, Dearborn, Michigan 1987):

“ Mes parents n’avaient pas le choix ( rires), toute ma classe y allait, alors pourquoi pas moi?”

 

Marielle ( Ecole F. Buisson, Montmorency 95 / San Antonio school, Dade City, Floride 1988):

“ Je suis allée naturellement dans cette classe parce que d’une part, ça me semblait ridicule d’aller au ski alors que je pouvais partir en Floride et puis ma grande soeur y était allée 2 ans avant moi. J’étais excitée à l’arrivée de la première lettre de ma correspondante : il y avait des photos aussi. Cela m’avait l’air d’un autre monde et j’avais hâte d’y aller. J’ai bien sûr répondu tout de suite.”

 

De toutes les communes qui ont participé à la classe franco-américaine, je décerne la Palme d’or de la compréhension, de l’assiduité et de la fidélité à Montmorency. Le Maire, M. Magarian a su tout de suite le bénéfice qu’il pouvait tirer pour les enfants de sa ville: introduction formidable à la langue anglaise, voyage inoubliable, enthousiasme des parents. Lui-même regrettait de mal parler l’anglais, niveau scolaire et il ne voulait pas refaire la même erreur pour les jeunes de sa ville.

 

Montmorency proposait des classes de neige à ses écoles, avant l’arrivée de la classe franco-américaine. Très vite, les écoles furent débordées par les demandes. Alors en mai, un mot était envoyé aux parents de CM1 pour choisir le type de classe pour leur enfant, l’année suivante: classe de neige ou classe franco-américaine ? L’engouement fut tel que les classes de neige disparurent !

 

Jean-Abel ( Ecole Jules Ferry, Ormesson s Marne 94 / Hoben school, Canton, Michigan 1991):

“Au delà de l’aspect échange, il se trouve aussi que ma génération a commencé à grandir avec ce mythe de “l’Amérique”, comme pays idéal. La seule et rare opportunité d’intégrer une classe franco-américaine et donc de partir trois semaines aux US ne pouvait donc pas se refuser. Car finalement c’est ce qui semblait le plus important dans un premier temps: le correspondant qui nous était associé est celui qui allait améliorer notre expérience ou dans certains cas la ternir. Malgré tout, je me rappelle que nous n’étions pas, à l’origine,  maître de notre destin. Le nombre de places était limité, je me rappelle qu’il a fallu procéder à une sélection afin de former le groupe final de participants: tri parmi les familles qui avaient la possibilité d’accueillir et qui pouvaient financer ce voyage pour leur enfant et plus cruel, tirage au sort final. J’ai eu la chance d’être du bon côté, d’être accueilli par une famille sympathique, d’avoir accueilli une fille sympa.”

 

Marion ( Ecole Bonnenfant, St Germain 78 / Montclair school, Los Altos, California 1989):

Partager cet article

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Publication: Classes Back to Back - extraits
commenter cet article

commentaires