Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue! Welcome!

Homewood-St-Maur-des-Foss-s-Mars-1988.jpg
Réception des classes américaines à l'Elysée par le Président Miterrand, 1988

Recherche

Liens

22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 11:51

Je comprends l’avertissement de Facebook puisque ce fut la réaction d’un certain nombre d’anciens participants, méfiants de ce qu’ils recevaient dans leur boite de réception. Le danger est présent et des virus sont envoyés de partout pour vous plumer ou vous extraire toutes les données personnelles de votre ordinateur. A l’heure de l’électronique, plus rien de privé ne résiste. Alors un message qui provient de Mars, cela fait peur.

 

Sans ambages, Lydia ( Ecole du Centre, Aix les Bains, 73 / Hillcrest School, Downers Grove, Illinois 1987) nous le fait savoir :

Je n’ai d’abord pas compris votre mail. J’ai cru peut être à une forme de canular…”

Heureusement qu’elle n’a pas appuyé sur “ Delete”, sinon la connexion disparaissait à jamais!

Elle poursuit:

“ Mais j’ai lu les premières pages de votre livre et si vous êtes vraiment le fondateur de cet échange, alors je n’ai qu’un seul mot: MERCI”

Un merci mais avec encore un “ si” de soupçon!

 

Le nombre de réponses reçues d’ailleurs est suffisant pour faire participer les anciens dans l’écriture du récit de la classe “ back to back”.

 

Je remercie toutes celles et tous ceux qui, dix, vingt, trente ans après, m’ont apporté anecdotes, impressions, souvenirs, détails qui donneront ainsi au texte un caractère d’authenticité. En annexe, seront publiées les statistiques de cette vaste campagne que l’on pourrait appeler: 

Opération retrouvailles

 

Mais, il n’y a pas eu que des enfants de classes primaires pour illustrer ce que fut cette aventure. Si les classes partaient, c’était grâce à un formidable travail de compréhension et de concertation entre maintes autorités :

 

D’abord, à l’avant garde du projet, et, sans eux, rien n’était réalisable, les Maires qui surent faire confiance au fondateur et l’encourager. Le financement mis sur la table par les communes fut souvent considérable en France et permit à des familles modestes, parfois même complétement défavorisées, d’envoyer, malgré tout, leur enfant, trois semaines en Amérique.

 

Achille Peretti, Maire de Neuilly-sur-Seine, Michel Péricard, Maire de Saint Germain en Laye, Georges Lenormand, Maire de Sèvres, Jacques Chalban Delmas, Maire de Bordeaux, André Santini, Maire d’Issy-les-Moulineaux, Patrick Balkani, Maire de Levallois Perret, Albert Magarian, Maire de Montmorency ou Pierre Brame, Maire de Noisy le roi, pour ne citer qu’eux parmi tant d’autres, ont compris la portée d’un tel échange pour l’avenir des enfants de leur ville. Un grand coup de chapeau pour leur soutien!

 

Mais lorsque l’argent public fit défaut, la ténacité, la volonté et l’organisation des parents firent merveille. Un peu à l’américaine car là-bas, subventions et aides publiques n’existent pas. Quand un parent américain pensait que ce programme éducatif ne pouvait qu’être bénéfique à son enfant, il savait qu’il faisait un investissement dans l’avenir de sa famille.

 

La différence de financement avait frappé Neuilly sur Seine.
Dans le numéro
824 du journal indépendant de Neuilly de mars 1976, un article le soulignait :

Partager cet article

Repost 0
Published by Classe Franco Americaine/French American Classes - dans Publication: Classes Back to Back - extraits
commenter cet article

commentaires